« LES SEPT DOULEURS » de William A.N. COMBARY : 10 ANS DEJA !

By Manager 2

Depuis le 22 mai 2007, date à laquelle la première œuvre littéraire  » Les sept douleurs » du Chef d’Escadron William A.N. COMBARY (à l’époque Lieutenant) avait été présentée au Camp Paspanga de Gendarmerie, il s’est écoulé 10 ans.

A la cérémonie de dédicace de l’œuvre présidée par M. Yéro BOLY (préfacier) et parrainée par Mme Monique ILBOUDO, cette derrière avait annoncé que  » pour un coup d’essai, Les sept douleurs était un coup de maître ». Ce qui présageait d’un avenir prometteur pour l’œuvre. La presse à l’époque titrait :  » Les sept douleurs » du lieutenant Combary : Coup d’essai, coup de maître (Sidwaya) Mais qu’en est-il exactement du contenu de cette œuvre ? De son parcours jusqu’à ce jour ?

De retour de la cérémonie de dédicace en 2007, Verlaine KABORE rapportait les propos de M. NIAMPA Saidou, professeur de français au PMK, en ces termes  » l’auteur n’a pas l’intention de nous raconter une histoire, de nous amuser, encore moins de nous attendrir, mais de nous forcer à penser et à comprendre le sens profond et caché de notre propre nature. » Les sept nouvelles qui composent l’œuvre traitent  » de certains phénomènes sociaux tels la prostitution, l’infidélité conjugale, la maladie, la trahison, les tourments de l’esprit, le mariage forcé et l’excision ainsi que la perte de l’identité culturelle »

La communauté littéraire a très favorablement accueilli Les sept douleurs. En effet, dès le 2 décembre 2007, Jeune Afrique dans sa publication en ligne, en parlait parmi  » les meilleures ventes …à Ouagadougou ». Par ailleurs, les professeurs de français ont très largement apprécié l’œuvre dont ils suggéraient la lecture à leurs élèves. Ensuite, par deux fois, des extraits du recueil de nouvelles ont été soumis en étude de texte au BEPC en 2009 et en 2015. Aujourd’hui l’œuvre vendue à plus de 8000 exemplaires au Burkina Faso, est l’une des plus connue d’auteurs burkinabè. Elle est au programme d’études des lycées et collèges. Elle a fait l’objet de beaucoup d’études universitaires et professionnelles.

Toute chose qui témoigne de sa qualité.

Par ailleurs le parcours littéraire de son auteur a donné raison à M. Yéro BOLY qui disait dans la préface que Les sept douleurs  » révèle un talent en devenir, qu’il convient de féliciter et d’encourager, et augure d’une carrière littéraire prometteuse. » A la suite de cette œuvre, le Commandant William Lire la suite

Source:: Lefaso Culture